Nepal

Instagram

*Mars 2017, ce voyage est réalisé dan le cadre de notre « tour du monde à notre façon », pour connaître le pourquoi du comment c’est

Pour le voyage en Namibie je n’avais pas pu vous raconter le voyage en détails  car le rythme était si soutenu que je n’avais pas une minute à moi. Cette fois, nous reprenons un rythme normal alors j’ai le plaisir de partager nos aventures au fur et à mesure. Quelques passages resterons peut-être plus flous si ils peuvent faire l’objet d’un chapitre de mon livre.

Nous n’avons pas hésité longtemps à mettre le Népal sur notre liste. Ayant beaucoup aimé l’Inde nous avons supposé que ce pays nous plairait car l’ambiance y est assez proche. De plus, pouvoir approcher le « toit du monde », expérimenter le trekking dans les Annapurnas, et peut-être le yoga et la méditation nous a beaucoup attiré également. Au Népal il y a aussi la jungle et les animaux, que demander de plus! Le fait que ce pays nécessite un budget très minime a définitivement fait pencher la balance!

Le bilan viendra plus tard, mais en gros on se loge pour 10-15 à deux et on mange pour 2 à 4€/jour. Budget journalier prévu, pas plus de 15€/jr/pers

*

 

Katmandou et sa vallée + HOLI

 

Katmandou ville

Nous avons passé deux jours et trois nuits à Katmandou, et nous avons trouvé ça suffisant (nous y retournerons plus tard).

Hébergement à Thamel, dans le quartier touristique de Katmandou (pour ceux qui connaissent ça ressemble à Dharamsala en Inde ou Sapa au Vietnam). Nous étions au Katmandou Boutique Hôtel (nous avions réservé au Blue Montain mais suite à un « problème technique » nous avons été surclassés dans cet autre hôtel un poil plus cher) chambre standard autour de 14€, bon hôtel, mignon et agréable. Nous avons souvent mangé dans la rue pour 50centimes à 1€, sinon il y a les restos plus touristiques pour 3 ou 4 €.

La première journée nous sommes partis à pieds vers le Durbar Square en traversant le vieux quartier. C’est superbe, des temples à tous les coins de rues, des vendeurs ambulants, des encens, des cloches qui retentissent, très pittoresque. Seul bémol très pollué et poussiéreux, nous avons acheté des masques comme en portent beaucoup de locaux car il est difficile de respirer.

Arrivés au Durbar Square (l’ancien Palais Royal) nous avons la désagréable surprise de tomber sur un garde qui nous demande de payer 1000roupies/personne (environ 10€). Là où les locaux n’en payent que 150… et encore personnes ne s’arrêtent ! Là on se sent vraiment comme des pigeons… Pour que vous vous rendiez compte, en rapport, c’est comme si comme si chez nous un étranger devait payer 50€ pour se balader dans le quartier de la tour Eiffel où autre lieu historique!

Il me semblait avoir lu qu’il été possible de contourner par des ruelles et d’entrer sans payer. Nous y sommes allés au pif, tombant une deuxième fois sur un kiosque, puis tout à coup nous réalisons que nous y sommes ! Il y a plusieurs temples, malheureusement la plupart ont été détruits à cause du tremblement de terre de 2015. L’ambiance est là encore très spirituelles et il fait bon flâner.

Après ça nous avions initialement prévu d’aller à pieds à Swayambuh qui se trouve non loin ( 3km environ) mais après l’avoir aperçu en haut de la colline baignant dans un nuage (de pollution?) nous avons décidé d’y aller plus tôt le lendemain. Direction Pashupati. En forme, nous y sommes allés à pieds histoire d’économiser le taxi. 7Km quand même, au milieu de la circulation c’est pas top, mais au moins nous avons visité Katmandou ! Là bas, même punition : 1000roupies/pers. Manque de bol on est tombé direct sur l’entrée ! Là aussi on aurait pu dire non, et faire un détour pour ne pas payer mais on avait un peu la flemme de chercher vu qu’on avait déjà passé la matinée à marcher… Ca fait râler parce ce que c’est cher et qu’il y a un temple mais uniquement les hindouistes peuvent entrer… alors on paye pour rester dehors haha!

Pashupati, lieu célèbre pour ses crémations à ciel ouvert nous a immanquablement fait penser à Varanasi. Mais en bien différent. Ici ça ressemble davantage à une visite (bizarre de visiter un crématorium me direz vous…). D’abord on paye l’entrée, et on peut assister de très près au crémations et prendre des photos sans restrictions. Pour ma part j’en ai fait quelques unes, mais d’assez loin au téléobjectif. Comme vous le voyez ci-dessous, certains touristes indélicats n’hésitent pas à quasiment se coller au cadavre ! Nous sommes restés assis une grosse heure et avons vu 5 corps. Nous avons pu observer les rituels et remarquer que contrairement à Varanasi les femmes de la famille des défunts sont présentes. D’ailleurs à un moment celles que j’ai repérées comme les femmes les plus proches du disparu, se faisaient entendre à grand renfort de pleurs et de cris (peut-être cela fait-il partie du rituel?) Toujours étrange d’assister à tout ceci…

Le deuxième jour nous étions assez fatigués (un peu enrhumés en fait, à cause de l’air froid du soir qui nous a surpris et certainement de la pollution et de la poussière). Nous sommes allés à Swayambuh à 2km à pied de notre hôtel et c’est tout. Cet endroit est perché sur la colline et est sensé offrir une vue superbe sur la vallée et la ville. Malheureusement l’atmosphère n’était pas plus claire que la veille. Le temple est à voir (mais nous avons préféré celui du lendemain) Aprem repos et préparatifs de la suite du voyage. Entrée 250rp (2€)

*

La vallée de Katmandou

Le lendemain nous sommes allés récupérer la moto que nous avions réservée (plusieurs loueurs dans le quartier de Thamel). La veille le gars nous avait demandé si nous voulions qu’il fasse le plein d’essence, il semblait insister alors nous avons refusé, supposant qu’il voulait se prendre une belle commission. Nous avons finalement compris pour quoi (et si il nous l’avait expliqué ça aurait été pas mal!) : difficile à croire quand on voit la circulation mais le Nepal souffre de pénurie d’essence du à des à des problèmes ethniques à la frontière avec l’Inde, et pour en avoir il faut faire la queue dès le soir car dès que ça ouvre à l’aube, une fois les maigres réserves vides, c’est terminé pour la journée ! Nous sommes donc tombés sur des stations fermées. Dépités nous sommes retournés voir le loueur qui nous a dépanné en nous faisant le plein chez un ami au marché noir. Pour le coup on a payé plus du double… Au total ça fait la location pour 4 jours 2400rp (20€) et l’essence 3700rp (au lieu de 1900 à la pompe)… Bon ça va ça nous revient à un peu plus de 10€/jour mais ça aurait du être beaucoup moins, et ici 1€ vaut beaucoup.

Une fois ravitaillés nous sommes partis en direction de Nagarkot et avons fait une halte au célèbre temple Boddhanath . Nous avons trouvé le lieu vraiment magnifique. Le temple est au milieu d’un quartier aux allures de Tibet. Il émerge au milieu des boutiques et des restaurants et  l’endroit est vraiment très sympa pour flâner et observer la ferveur bouddhiste. Nous n’avons pas payé l’entrée, cette fois pas volontairement, mais nous n’avons vu aucun comptoir… Il y avait une guérite avec personne dedans…

Après ça, direction « la montagne ». Oui, Nagarkot est le point le plus haut de la vallée à plus de 2000m. Depuis le temple nous avions 25km à parcourir et avons mis 2H ! La route est une horreur ! Je dis route mais sorti de Katmandou (où là c’est embouteillages à gogo) il n’y en a plus vraiment, tout est en travaux, cabossé, grosses pierres, gros trous, sable et poussière en nuage, le tout en montée. Bref c’était galère, heureusement nous n’avons pas crevé !

A Nagarkot nous avions réservé vite fait un hôtel via le net la veille, le Nagarkot B&B, basique mais suffisant (environ 17€ avec salle de bain et copieux petit dej). Le village est plein d’hôtels et de petits boui-boui pour manger,  à part ça rien de vraiment intéressant. L’attrait principal dans ce lieu est la vue qu’il offre sur la chaîne de l’ Himalaya, et les départs de randonnées, malheureusement quand nous sommes arrivés la vue était bouchée. Nous avons croisé les doigts pour que ce soit mieux le lendemain pour le lever de soleil.

J’ai cherché pendant une heure sur tous les blogs possibles où il fallait se rendre pour avoir la meilleure vue. Impossible de trouver des infos précises ! « Le point de vue » « la crête » « le plus haut point », voilà qui m’avançait bien ! Le gars de l’hôtel nous a indiqué un chemin celui qui mène a une tour (la route part juste derrière notre hôtel). C’est donc là que nous sommes allés. Debout 5H30, température 8°, 4km de route et on y est. Dans les premières lueurs de l’aube on distingue vaguement des sommets enneigés….et puis… brouillard et nuages s’en mêlent et on ne voit rien ou presque ! Pfff trop déçus !

En chemin pour redescendre on se rend compte que plus bas juste avant d’arriver à la tour, sur la gauche il y a un dégagement où la vue est plus large sur les sommets et en plus on voit mieux la vallée et les cultures en terrasses. Mais au final, on en arrive à la conclusion que la vue doit être aussi belle depuis la terrasse des nombreux hôtels disposés dans la bonne direction (d’après les photos que j’en ai vu), donc pas forcément la peine d’aller au point de vue sauf si c’est pour randonner.

Retour guesthouse, petit dej et… la pluie commence à tomber ! On regarde la météo, pluie pour ce jour et le lendemain, soit en gros tout notre trip en moto… On devait randonner dans les petits villages autour, et avoir cette vue sur les montagnes et la vallée… poisse totale ! En plus comment prendre la route sous la pluie avec ce froid ?

On a eu de la chance ! Après être partis sous une pluie heureusement très fine, ça s’est vite dégagé. Dès que nous avons commencé à descendre dans la vallée le paysage est devenu plus vert. Ca fait du bien ! De petits villages perdus au milieu de champs pour certains cultivés en terrasse. Malheureusement toujours des travaux partout ! Boue, poussière, décombres, quand ce n’est pas la route c’est bas côté ou les maisons. Je ne sais pas si c’était déjà comme ça avant le tremblement de terre où si ça lui est du.

Nous avons décidé de nous arrêter dans le village de Panauti où j’avais lu qu’il y avait un homestay, hébergement sommaire chez l’habitant dont les gens disaient du bien. Nous avons bien fait, ce village est vraiment très mignon ! Le vieux quartier , tout pavé, est fait de maisons anciennes traditionnelles où il faut bon promener en observant la vie quotidienne. Les gens sont affairés ou regardent le temps passer et ils répondent en souriant à nos « namaste », c’est vraiment agréable, en plus pas un touriste à l’horizon.

Le logement chez l’habitant, le « Ananda café homestay » est sympathique. Très basique forcément, mais mignon. La chambre double est à 600r (5€), nous avons partagé leur salle de bain et dormi sur un matelas dans une petite chambrette à l’étage. Le couple est sympathique et on peut manger sur place. Il y a même un petit jardin pour boire un chaï au soleil.

Bon, alors ça c’est ce que j’aurais écrit en arrivant , avant d’y passer la nuit ! Parce qu’en fait… si c’était à refaire on y retournerait pas ! On a l’habitude de s’adapter à des endroits pas très confort, mais là on ne s’est pas senti très bien. Déjà la salle de bain était dégueu. La maison a 200 ans et je pense que ça fait le même nombre d’années qu’elle n’a pas été nettoyée ! Tout encrassé, tuyaux qui fuient, chasse cassée (je vous parle pas de la cuvette), ça, plus le fait que l’eau été glacée on a zappé la douche. Concernant la chambre, on s’est aperçu que en gros le couple dort là où il n’y a personne (nous avions choisi la chambre de droite, ils ont dormi à gauche) et … ne change certainement pas les draps. Matelas fracas, couverture du moyen âge, on a regretté de ne pas avoir pris nos sacs de couchage. Heureusement on a toujours des taies d’oreillers et on a dormi habillés ! Nuit difficile quoi… ha oui j’oublie le pompon ! Bien sûr il a fallu que j’aille aux toilettes la nuit; Je descend à la lampe frontale et là, pile poil au même moment je croise le mari qui sort et vient de caguer sans tirer la chasse ! ……….

Je ferme la parenthèse et reprends mon récit depuis l’après midi.

Le ciel était encore couvert alors nous avons renoncé à partir faire la randonnée pour le Namo Bouddha (2H aller 2H retour). Nous avons baladé dans la ville et autour dans les champs, les gens travaillait, c’était paisible,  vraiment très beau, c’est le genre d’ambiance qu’on aime.

Malheureusement  nous sommes rentrés plus vite que prévu car le ciel grognait ! Juste à temps avant que ça tombe ! Heureusement ça n’a pas duré et le soleil et revenu comme il était parti ! Raté pour ta sieste Antony 😉

Nous sommes ressorti et sommes monté jusqu’à un petit temple (il y a des marches d’escalier de l’autre côté de la rivière en bordure du village). Rien exceptionnel si ce n’est qu’en chemin on a une vue sympa sur le village. 1H plus tard re-pluie. Quel temps capricieux !

La soirée fut très froide et longue… On a pas l’habitude d’avoir froid en voyage ça nous fait drôle!

Je ne vous raconte pas la nuit vous savez déjà.

Le lendemain matin, rapide petit dej et on se tire ! Il y a eu l’orage toute la nuit et on part sous les gouttes, pas le choix, on ne sait pas trop comment on va faire si on est trempés mais on se débrouillera. On décide d’aller au monastère Namo Bouddha (l’un des trois plus sacré du Nepal avec les deux autres que nous avons dejà vu) qui n’est qu’à 10km histoire de faire une étape courte avant la prochaine destination. Quelle bonne idée ! Au départ ça vas, 8km se passent bien, la route est toujours chaotique mais on est habitués, dommage qu’il pleuve car les paysages sont très beaux, petits villages et cultures en terrasse, si on avait pu le faire à pieds comme prévu ça aurait été sympa.

 

 

 

 

Arrivé au village de Sankhu on tombe sur un immense tas de boue ! Au début on pense que ce n’est qu’un passage, donc je descends de la moto et Antony réussi à avancer. Et puis… ça dure… Moi je marche avec 15kg sur le dos et le casque sur la tête, sous l’eau, les pieds plein de gadoue à essayer de ne pas glisser. Peu à peu les villageois sortent de leur maisons et nous regardent curieux et étonnés.

Certains rient en voyant l’état de la moto et les difficultés qu’on a. Au bout d’un certain temps à la sortie du village on voit une grande descente toujours avec autant de boue, et on décide de faire demi tour, car vraiment on ne s’en sort pas. Sauf que… on s’enlise vraiment, impossible de remonter. Pendant un moment j’ai bien cru qu’on allait devoir demander le gite et le couvert sur place!

Pas le choix il faut continuer … Parfois je remonte en selle, on avance un peu et puis glissade, on à évité de se retrouver couchés dans la boue quelques fois, et j’ai du beaucoup marcher… pffff quelle galère mais quelle galère ! En plus mon système digestif à décidé pile à ce moment de commencer à me jouer des tours… comment dire…. pfff….re-pfff!  1H pour faire 2km en tout  ! Arrivés au temple il pleut toujours, on fait un tour, bon c’est sympa mais on distingue à peine la superbe vue qu’on doit avoir d’en haut et puis ça caille vraiment. Normalement on peut aller dans le monastère et éventuellement voir les moines, mais dans l’état boueux où on été on a renoncé.

 Nous buvons un chaï et réfléchissons… Qu’allons nous faire ? On se demande si on ne va pas dormir sur place, on voit un homestay et puis j’ai lu qu’on peut demander à être hébergés au monastère… Mais vu  la nuit passée et la fatigue on a vraiment envie de se poser confortablement, se doucher et passer une bonne nuit ! Il est encore tôt, il n’y a  rien à faire ici… On décide de tenter de repartir pour 28km, en espérant que la route soit meilleure.

Durant 2 ou 3 km ce n’est pas le cas, c’est pire ! On se retrouve dans un brouillard à couper au couteau et la boue est encore plus profonde. La route qu’on emprunte est celle d’où arrivent les pèlerins et on voit des voitures et bus enlisés. Pas mal de monde est à pieds car les autres véhicules ne montent pas, les gens rient encore en nous voyant. On a encore bien galéré, mais là, le fait de ne plus être seuls et d’être dans cette ambiance surréaliste (et finalement tout à fait classique au Népal) nous a plutôt amusés et j’ai  pu trouver du plaisir à marcher à côté de la moto avec mon fardeaux (faut dire que ça montait moins!).

Tout est bien qui finit bien, on rattrape une route goudronnée et bénéficie de quelques jolis panoramas, et on arrivent enfin à Bhaktapur.

On va direct voir une guesthouse que j’avais repérée, la Kwapa GH en plein vieux quartier à côté du Durbar Square. 10€, salle de bain, eau chaude, parfait on achète ! Il y en a plein d’autres mais on a aucune envie de comparer. Bon là aussi c’est pas les rois du ménage hein, mais  au moins je peux nettoyer la salle de bain avant de l utiliser (oui en général on rend toujours la salle de bain plus propre que ce qu’elle était haha).

Au fait, l’entrée du centre ville est payant (He oui au Népal ils s’embêtent pas décidément), dans les 15€/pers (énorme!) mais on ne sait pas bien comment, à nouveau on est passés à travers…

Il ne pleuvait plus alors on est vite allés se balader. Les rues sont très jolies là aussi, comme à Panauti tout est d’époque, mais en plus grand et surtout plus touristique. C’est très très joli en tous cas. Certaines rues sont là aussi en piteux état, des temples et maisons sont encore en décombres, mais il reste pas mal de belles choses debout heureusement.

Petite parenthèse pour dire que même si ce petit périple dans la vallée de Katmandou fut compliqué on ne le regrette pas. Et si c’était à refaire on le referait aussi en moto. C’est l’aventure!  On aime être libre de bouger quand on le veut sans être tributaire des horaires et destinations des bus. D’ailleurs en bus ça n’est pas non plus très confortable, et bien long… Et puis nous n’avons pas eu de chance du tout car le temps été beau tout le temps, sauf… là!  La vallée est vraiment un endroit très joli avec toutes ces villes aux maisons colorées dispersées au milieu des cultures en terrasses c’est vraiment charmant. Ca nous a rappelé le Nord du Vietnam qu’on avait beaucoup aimé (les paysages et la moto, bien que là c’était plus dur!)

Holi

Le  jour suivant c’était Holi! L’an dernier nous l’avions fêté avec les veuves blanches.

Holi c’est la fête du printemps, et la victoire du bien sur le mal entre autre, et c’est surtout une bonne occasion pour les Indiens et Nepalais de faire la fête en se badigeonnant de pigments ou en s’arrosant d’eau colorée . Le matin nous sommes sortis assez tôt dans les rues de Bhaktapur, et hormis les stands qui vendait de la poudre ou des pistolets à eau tout semblait normal.

En effet nous étions aux aguets car en plus de se frotter le visage avec de la poudre colorée, de petits malins lance des bombes à eaux (voire des seaux d’eau depuis les fenêtres!) .

Nous avons profité du soleil, et trainé un peu… Un bon petit dej en terrasse que c’est bon… Ah oui! Surprise nous avons enfin aperçu l’Himalaya depuis le toit de l’hôtel!

Peu à peu quelques groupes de jeunes sont arrivés, prêts à en découdre et Holi a commencé. forcément les touristes sont des cibles de choix  😉

Vers 11H il n’y avait quand même pas grand monde… Nous avons décidé de reprendre la route en direction de Katmandou et d’aller voir plus loin à Patan si ça bougeait plus. Sur le bord des routes plein de personnes colorées, c’est toujours marrant ce truc!

A Patan c’était nettement plus animé, il y avait pas mal de monde et même une petite scène avec de la musique. Nous avons évité les jets d’eau (on portait quand même nos k-ways au cas où et mon appareil était dans un plastique) et sommes allés boire un lassi à l’étage d’un bar pour observer tranquillement. Musique à fond aux sonorités Indiennes mais version moderne, super! Ca danse ça crie ça lance de la poudre de tous les côtés.

Nous avons ensuite décidé d’aller voir à Katmandou ce que ça donnait. Direction notre hôtel pour poser nos affaires puis Durbar Square. Plus on approche du centre plus c’est la folie en route! Les trottoirs sont pleins à craquer, les routes bouchées, on peine à avancer, tous les gens sont peinturlurés c’est trop marrant.

Nous parcourons à pieds les 2km qui séparent notre hôtel de la place et la ville à des allure de nuit des morts vivants. Magasins fermés, tout semble désert,  sauf des personnes se déplaçant généralement en bande, visages dégoulinant et l’air agar. C’est la guerre! Là encore on évite pas mal de jets d’eau,  on a pris l’habitude de repérer les gens aux fenêtres des maisons et de raser les murs! C’est qu’il fait pas si chaud alors mouillés c’est un coup à passer la semaine au lit! On se fait badigeonner les joues à plusieurs reprises;  « Happy Holi »,  ça c’est drôle!

Tous les temples du Durbar Square sont investis et la fête bas son plein. En bas les gens dansent, ils sont déchainés, sur les temples on s’entasse pour regarder tout en étant à l’abri.  On reste un moment à observer et puis retour.

En tous cas je tiens à dire que c’était vraiment sympa et que l’ambiance été bon enfant. J’ai souvent lu des avertissements du genre « attention Holi c’est risqué », les gens boivent, font n’importe quoi, etc etc Oui c’est sûr que comme tout rassemblement, quand il y a la foule, quand les gens font la fête il peut y avoir des débordements. Mais franchement ça reste tout à fait proche de ce qu’on a chez nous pour la fête de la musique ou les carnavals.  Et encore, je crois que c’est bien pire chez nous! J’ai trouvé les jeunes plutôt respectueux dans l’ensemble, certains demandaient même la « permission » à Antony avant de me frotter les joues. Après tout est possible bien sûr, comme partout. Il faut être prudents, mais des familles se baladent partout, la police est là, si on ne veut pas être trop bousculé il faut juste rester à distance des masses qui dansent.

+++

Je referme cette « étape » à Katmandou et sa vallée en vous parlant de l’hôtel Bleu Montain où nous avons passé deux nuits, car il mérite un peu d’attention.

Vous vous souvenez c’est l’hôtel où nous devions être au début? En fait on avait réservé plusieurs nuits sur le net (pour chacun de nos passages dans la capitale en fait, histoire d’être tranquille) Ce petit hôtel nous avait tapé dans l’oeil. Pas cher du tout (dans les 8€ la chambre double, petit dej compris, thé, café  et eau à volonté), les photos montraient de jolies chambres et une super terrasse arborée (un gros plus en ville!). Nous avions bien vu!

Il n’y a que 6 chambres et la famille vit sur place. En gros on est vraiment comme chez l’habitant.

Parfois ils ont trop de monde alors ils relogent dans un de leurs autres hôtels (dont le Katmandou Boutique où nous étions au début). Nous n’avions pas fait attention mais la salle de bain était commune à trois chambres. En général on aime pas trop ça, mais là franchement ça allait car c’était super propre (c’est rare comme vous l’avez compris). Le personnel est au petit soin et le propriétaire invite chaque soir une des chambres à manger à sa table!  Franchement on est restés scotchés! Là où certains essayent de vendre la moindre tasse de thé (comme quand on été à Panauti dans la chambre pourrie), ce monsieur fait preuve d’une belle générosité. Voilà une jolie rencontre, un de ces petits instants magiques qu’on vit en voyage et qui font chaud au coeur… Des gens qu’on croise et qu’on oubliera pas…

La fille du propriétaire, 10 ans a cuisiné, et nous avons mangé un délicieux repas traditionnel. Tout ça avant de dormir dans un bon grand lit propre… Mais que c’est bon!!!

PS: Il faut réserver très longtemps à l’avance pour avoir une chambre!

mde

Instagram

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>