Chitwan et Bilan

Instagram

*Mars 2017, ce voyage est réalisé dan le cadre de notre « tour du monde à notre façon », pour connaître le pourquoi du comment c’est

Pour le voyage en Namibie je n’avais pas pu vous raconter le voyage en détails  car le rythme était si soutenu que je n’avais pas une minute à moi. Cette fois, nous reprenons un rythme normal alors j’ai le plaisir de partager nos aventures au fur et à mesure. Quelques passages resterons peut-être plus flous si ils peuvent faire l’objet d’un chapitre de mon livre.

Le Chitwan, Bilan, et  *infos dressage des éléphants

Le Chitwan

Le Chitwan est un parc national de 900km2,  inscrit au patrimoine de l’UNESCO. Il se trouve dans le sud du Népal dans la région du Teraï. On y trouve les derniers spécimens de rhinocéros unicorne et c’est aussi un des derniers  refuges du tigre du Bangale. Pour le visiter il faut loger dans le village de Sauraha en bordure du parc puis prendre un permis et une excursion.

La chose surprenante c’est que dans ce village pas mal de gens ont un éléphant ! Il s’en servent surtout pour promener les touristes. Il y a à côté de certaines maisons on voit des sortes d’abris voiture haut et des pachydermes y sont « garés » Pauvre bête ! Plusieurs d’entre eux montre des signes de stress, d’ennui voire de désordre psychique : ils balancent sans cesse la tête ou même le corps entier… Ils passent de nombreuses heures par jour à travailler, et le reste du temps ils sont enchaînés.

*

*Une petite parenthèse pas très joyeuse au sujet de la façon dont les éléphants sont dressés.

J’en parle, car moi même je n’étais pas au courant avant de commencer à voyager et à me renseigner. D’ailleurs lors de notre premier voyage nous avions fait un tour sur un éléphant à Sumatra. J’ai toujours été contre les animaux enfermés (j’ai même eu plein de lapins mais toujours en liberté dans un grand jardin! haha!). Là,  cela m’a paru un peu différent car il s’agissait d’éléphants qui servaient aux rangers pour faire des patrouilles anti-braconnage et incendies dans la jungle afin de préserver la forêt et les animaux. Il était également proposé  des balades à dos d’éléphant mais limité à  1 ou 2H par jour et avec 2 personnes maximum sur leur dos (contre 4 à 6 au Chitwan!) afin de récolter des fonds pour la sauvegarde de la Nature. Le reste du temps ils étaient dans un grand enclos et pas enchaînés. Bon, cela reste de la captivité et je n’aime pas ça, mais sur le coup, et vu le contexte nous n’avons pas « tilté », et surtout nous ignorions totalement ceci :

En fait ce qu’il faut savoir c’est que tout éléphant domestiqué a subit de grosses violences et a énormément souffert…. Dans la tradition Asiatique il s’agit du « phajaan », un rituel dont le but est de « briser » l’esprit de l’animal afin qu’il soit soumis. De jeunes éléphants sont enfermés dans des cages étroites et sont violemment et continuellement battus, affamés, assoiffés et privés de sommeil pendant plusieurs jours sans répit jusqu’à ce qu’enfin ils se montrent totalement soumis à leur « mahout » celui qui devient ainsi leur maître à vie. Il faut savoir que durant ce rituel 50% des animaux meurent. D’autres incapables de travailler pour le tourisme sont tués. Les restants sont ceux que nous voyons travailler pour les activités touristiques…

A noter aussi que les éléphants enchaînés souffrent en permanence de problèmes de circulation sanguine. Ils possèdent sous les pattes des artères. Immobilisés, elles sont écrasées sous leur poids. C’est une autre raison pour laquelle on voit ces animaux se balancer d’une patte sur l’autre ou les soulever alternativement.

Les Mahout n’ont pas conscience de ce qu’il font , et bien souvent ils sont très attachés à leur animal. Comme toujours lorsqu’il s’agit de traditions culturelles et de croyances c’est très compliqué de faire changer les mentalités…

Tout ceci est terrible, et participer à ces activités touristiques c’est se montrer complice, la seule solution est le boycott total pour que peu à peu ces activités ne soient plus rentables et disparaissent simplement. Mais le chemin est long car les touristes sont nombreux à aimer ce genre d’animations (comme les cirques, les Marineland et compagnie d’ailleurs!)

Je referme la parenthèse en espérant avoir participé à faire passer le message. N’hésitez pas à relayer.

*

Dans les rues du village de Sauraha, les éléphants côtoient donc  les piétons et les voitures à côté des hôtels et des boutiques souvenirs. Le matin et le soir surtout il y en a un paquet qui marchent sur la rue principale (ils partent pour les excursions ou pour «  l’activité bain »). Ils sont gigantesques et chaque fois que je les ai croisés j’ai ressenti un mélange de fascination et de tristesse… Une envie de les cajoler…

On peut parfois, à la nuit tombée, voir également un rhino venu faire une balade en ville ! Il y en aurait un particulièrement coutumier du fait ! Ils viennent aussi parfois se baigner dans la rivière qui sépare village et parc.

Notre arrivée à Sauraha fut…compliquée ! Pas de chance est revenue avec nous à ce moment…

Nous sommes arrivés en bus depuis Pokhara. 500Rp, 5H30 de route. Ca secoue bien, une partie de la route est apocalyptique. Ravin d’un côté, falaises avec glissement de terrain de l’autre et des trous et des travaux partout (pour contrer et évacuer les éboulements)  plus de gros camions et bus à la queue-leuleu. Mais ça c’est pas bien grave, on a l’habitude de l’inconfort des transports, c’est juste un peu stressant. En plus nous avons vu un bus de touriste qui s’était emplafonné un camion. L’avant des deux véhicules était explosé, heureusement tout le monde allait bien.

Enfin  à bon port, nous étions attendus par un gars de l’hôtel que nous avions réservé (sans pré-payement comme souvent) via Hotels.com, le « Bhagmara Lodge ». L’équivalent de 13€ avec une piscine ! Chouette ! Bon j’avoue qu’on se méfiait, car en général les piscines de petits hôtels pas chers (et même des plus chers d’ailleurs) sont rarement reluisantes. Première déception l’hôtel est loin de tout, pas du tout dans le centre. C’est pas vilain de l’extérieur, et même joli mais l’ambiance est un peu glauque car on dirait qu’on est les seuls et que l’hôtel est à l’abandon. La chambre est ok. Nous allons voir la piscine… Verte ! On décide alors de ne pas rester, aucun intérêt à être là au milieu de nulle part. Du coup le gars veut nous faire payer le service de pick-up (alors qu’il était gratuit), 500rp pour quelques kilomètres. Même si on comprend bien qu’il est venu pour rien, c’est trop cher pour 5mn de route et nous partons sans les lui donner ! Vite fait sur le gps du téléphone on repère un autre hôtel qu’on avait vu sur le net et nous partons à pieds pour 3km. Il fait chaud et très lourd, pfff avec nos sacs sur le dos on coule l’eau. On arrive à ce fameux hôtel, le Riverside. Très sympa, il y a de l’herbe, des transats avec vu sur la rivière (de l’autre côté c’est le parc).

Micmac pour le prix car le gras à l’accueil ne veut pas nous faire celui vu sur le net (1100rp, 10€) du coup il faut qu’on réserve d’abord par Agoda. On a chaud, on est fatigués, ça traine en longueur, mais on le fait. On va dans notre chambre, super il y fait bien frais (on saura pourquoi plus tard). Puis au bout d’un moment nous nous apercevons que le sol est mouillé… Le gars nous dit que c’est parce que le ménage vient d’être fait. Ok. Sauf… que même le soir et même après la nuit c’est toujours trempé ! En fait ça sent l’humide on a l’impression d’être dans une cave ! Oui on est bien au frais ! On se réveille dégoûtés et on va voir à l’accueil pour demander à changer de chambre. « Il y en aura d’autres de libre à 11H, attendez ». Sur ce, nous partons à pieds promener dans le village en nous éloignant du centre. C’est mignon il y des champs, des rizières, c’est la vie rurale comme on aime bien. Les gens sont de l’ethnie des Tharu et pas mal ont des maisons en terre. Ils sont plutôt souriants et pratiquement tout le monde répond à nos salutations. Il fait chaut même si il ne fait pas vraiment soleil. Il y a toujours une voile dans le ciel ; Nuages ? Pollution ? Poussière ? Je crois un mélange de tout ça… Parait qu’on peut voir les sommets enneigés de là, mais ça ne nous est pas arrivé !

Vers 11H retour et changement de chambre. Sauf que… la nouvelle semble aussi humide que l’autre ! « Non non attendez ça va sécher » Oui, c’est ça… Ca ne sèche pas et on voit que toutes nos affaires ont pris l’ humidité durant la nuit. On décide de partir ! Rebelote on doit trouver un hôte ! Il y en avait bien un qui nous faisait de l’œil, avec une belle piscine propre mais à 30€ la nuit. On a hésité et puis on est restés raisonnables ! On en a visité trois et choisi le Chitwan Resort Camp qui a un jardin et y avons pris une chambre avec ventilateur à 800rp (moins de 8€). Deux lits une place, et je m’aperçois que dans l’un des deux (mon côté haha) il y a plein de petits trucs noirs sur le lit, et…dans le lit ! Des bestioles ou des œufs ou je ne sais quoi qui tombait du plafond ! Pffff pfff pffff ! Bon, je vous rassure on y est resté, et j’ai nettoyé et déplacé le lit !

Bref, après tout ça, ce jour là on avait plus l’envie de ne rien faire. Il faisait chaud, on se retrouvait certes dans un endroit sympathique, mais encore trop touristique à notre goût. On n’y peut rien on ne se sent pas bien dans ces ambiances où tout est fait pour le touriste, où il y a des hôtels et des agences partout. Nous avons laissé passer l’après midi à ne rien faire ou presque un peu dépités. Nous n’avions pas trop envie de bouger, mais nous nous sommes forcés à étudier les différentes offres des agences qui organisent les excursions (il y en a des tonnes) ; Après ça un bon thé dans une paillote en face de la rivière nous a fait du bien.

Quelques infos sur les excursions :

En gros, on peut faire un safari en demi-journée ou journée, soit à pieds, soit en jeep, soit sur un éléphant. A ça, peut s’ajouter un tour en canoë. La règle est qu’il ne faut jamais réserver à l’avance depuis le net car les prix sont presque doubles (j’ai vérifié la choses avec deux agences). Il faut voir trois ou quatre agences (elles sont toutes proches dans la même rue) et comparer, puis négocier.

Nous avions déjà éliminé la balade à dos d’éléphants évidement. Pour la jeep j’avais eu des prix très chers, donc éliminé aussi. Restait le safari à pieds, ce que la plupart des gens font. Il s’agit de faire un morceau en pirogue puis de revenir par la forêt à pieds en essayant de voir les animaux. J’avais lu plusieurs blogs et les gens mettaient en avant l’esprit « aventure » car bien sûr il y a un côté un peu « danger » puisque on peut être obligé de prendre la fuite et de grimper aux arbres pour éviter la colère d’ un rhino mécontent par exemple. Nous avons connu ça en trek dans la jungle à Sumatra pour voir des orangs-outans et c’est vrai que c’est intense !

Après avoir fait plusieurs agences il s’avérait qu’ à deux cela nous coûterait environ 40€/pers pour la journée, permis d’entrée au parc compris. Chaque agence nous a montré le parcours sur une carte et ce qui nous a un peu refroidi c’est que toutes font exactement le même trajet et que c’est minuscule comparé à la surface du parc (forcément, à pieds!). Là dessus nous rencontrons un français qui nous dit qu’il n’a vu qu’un seul rhinocéros sur une journée et qu’en effet même si chaque guide emprunte son petit sentier tout le monde est dans le même coin.  Nous étions un peu dans le flou plus très sûrs d’avoir envie de faire une telle activité. C’est sûr que la pirogue et la marche en forêt c’est sympa, surtout pour quelqu’un qui n’a jamais fait ça, mais il faut dire que nous avons déjà une bonne expérience de tout ça et dans la jungle profonde (voir les voyages Mentawaï en Indonésie) alors 80€ la balade ça faisait cher du coup. Mais en même temps être venus là sans aller dans le parc était ridicule. Nous commençons à nous dire qu’il vaudrait peut être mieux faire un tour d’une demie journée en jeep histoire d’aller plus profond dans le parc. Là dessus comme un fait exprès alors que nous sommes devant une agence pour nous renseigner une espagnole m’aborde et nous dit qu’il sont un groupe de 8 jeunes et qu’il leur manque 2 personnes pour obtenir le mailleur prix pour une journée entière en jeep. La chance est revenu avec nous ! Au final le prix de la voiture divisé en dix est dérisoire et au total avec le permis on en a pour 60€ à deux. On ne réfléchis pas longtemps et on accepte ! Nous rejoignons le groupe et à plusieurs nous allons renégocier la chose et même obtenir le repas de compris. Super ! Voilà qui nous redonne de l’énergie.

Le lendemain matin, 7H devant l’agence petit souci. Une personne s’est désistée et nous devons donc payer sa part. Bon.. ok, ça n’est pas énorme. Là dessus un des gars s’énerve, dit que c’est pas normal de faire ça et de nous faire payer pour elle et du coup il décide de ne pas venir non plus! Heu… Mec, t’es en train de nous faire à nous tous ce que tu ne supportes pas que l’autre fille nous ait fait ! On se retrouve donc à devoir payer deux places ou annuler ! Nous sommes plusieurs à ne pas hésiter, payons et partons au plus vite, ça ne fait « que » 4€ de plus par personne. Certes c’est bien dommage car ici 4€ c’est une somme, mais pas de quoi tout annuler !

Nous voilà enfin partis, le groupe est sympa et hétéroclite (France, Espagne, Hollande et Singapour), l’ambiance est bonne et nous avons plus de place dans la voiture ! Na !

Toute la journée nous avons parcouru le parc traversant les différents types de végétation, et nous avons vu pas mal d’animaux ! A priori nous avons eu de la chance.

Rien que le fait d’être en forêt m’a fait un bien fou. Retrouver les odeurs et les sons m’apaise…

Nous avons observé des crocos (deux sortes), des singes, des biches (deux sortes dont de vrais Bambi), divers oiseaux, et surtout un ours et plus de vingts rhinocéros !!! Assez dingue ! Certains un peu dissimulés derrière les herbes (qui même si elles nous paraissaient hautes avec plus de un mètre elles étaient courtes car elles poussent à plus de neuf mètres de haut!!) et d’autres de vraiment près. Ces animaux sont superbes, on diraient qu’ils portent une armure et ils sont vraiment massifs. Très étonnés nous avons remarqué que la plupart avaient une toute petite corne ou pas de corne du tout ! Le guide nous a expliqué que ce sont les chauves-souris qui leur mangent ! Ca alors… fou ce truc !

Et… nous avons failli avoir la méga chance de voir un tigre ! « Failli » oui… A 10 secondes près… Mais, comme on se disait pour dédramatiser le truc « on connaît un mec qui lui a vu  un tigre!  Haha». En gros sur le retour on s’est retrouvés avec une voiture qui nous précédait et que nous avons aperçue qui s’arrêtait. Là, notre chauffeur n’a pas entendu le guide qui lui disait d’accélérer pour vite la rejoindre et quand nous sommes arrivés… les gens devant se sont retournés tout excités et nous ont dit qu’on avait raté un tigre de quelques secondes ! Il venait de traverser juste devant…

Là, j’avoue que j’ai été vraiment déçue. Je rêve de voir un tigre depuis longtemps… Enfin bref, on va se plaindre non plus, on a déjà la chance d’avoir vu beaucoup d’animaux sauvages dans le monde !

Ha oui ! On a eu le coup de la panne, enfin, plutôt de l’enlisement haha ! Le guide ne voulait pas que les garçons descendent pousser mais il a bien fallu qu’il accepte sinon on y serait encore !

Une bonne journée tout même, nous ne regrettons pas notre choix.

Sur le chemin du retour à l’hôtel nous avons croisée trois Françaises rencontrées le matin, puis notre voisin de chambre qui est un habitué du Nepal et qui fait découvrir ce pays à sa maman, et sommes tous partis dîner au « Lama restaurant » un endroit local où nous sommes allés souvent car les prix sont… locaux eux aussi (on mange pour 1,5 à 2€) Ambiance très sympa (les filles nous ont raconté leur trek où elle avait  -8° dans les chambres my god!!)

Le lendemain nous avons également tous prix le petit déj au même endroit avant que chacun ne vaque à ses occupations. Pour notre part nous sommes partis faire un grand tour à pieds dans les villages autour de Sauraha (en gros une boucle de 15km pour 3H30, vers l’Est du village) . Le soleil est sorti et on a crevé de chaud mais c’était sympa. Définitivement on aime la campagne ! Je pensais qu’on allait voir plus de maisons Tharu traditionnelles, mais les jeunes semblent préférer construire en dur. Alors les styles se mélangent, et au milieu des rizières l’atmosphère y est calme et agréable.

J’en ai profité pour capturer quelques « tableaux » comme j’aime le faire

L’accueil était bien souvent souriant, bien que certaines personnes n’ont pas du tout prêté attention à nous même lorsqu’on les saluait. Sont ils timides ? Indifférents ? Gênés par notre présence ? Il faut dire que nous on est tellement mal habitués avec l’Indonésie où les gens sont tellement extraordinaires… Dans une matinée comme ça on aurait parlé à 10 personnes et on aurait bu le thé avec des petits biscuits dans 3 maisons !

Mais l’ambiance était quand même bien sympathique dans l’ensemble.

J’ai quand même trouvé une petite mamie toute jolie (on voyait vraiment dans leur regard que les vieillards étaient plus réceptifs). Nous sommes passés devant une maison traditionnelle en terre et une mamie en pareo venait visiblement de se laver (ils ont tous une pompe à eau devant les maisons). Son mari était là aussi. Je lui ai dit « Namaste » comme toujours et elle m’a répondu avec un doux sourire en joignant les mains. J’ai lu de la bienveillance dans ses yeux, et cela m’a encouragée à aller vers elle. J’avais remarqué qu’elle avait les bras et le bas des jambes tatoués (les Tharu sont une ethnie qui pratique le tatouage de façon ancestrale, mais ça se perd). Je me suis approchée, lui désignant sa peau et j’ai dénudé mon épaule pour lui montrer que moi aussi j’étais tatouée. Elle a lancé des « hooo » et a ri. Ensuite je lui ai demandé si je pouvais la photographier et elle approuvé avec un grand sourire, elle était trop mignonne…

Après cette belle matinée de marche nous sommes rentrés trempés, morts de chaud et avons sauté sous la douche bien fraîche! Nous avons hésité à aller profiter de la piscine d’un hôtel mais ils font payer ça 500rp par personne, en gros à deux ça nous coûte plus cher qu’une nuit d’hôtel !

Ensuite nous avons déjeuné face à la rivière au « Chitwan bar & restaurant », vraiment bon et pas cher, et nous y sommes restés une bonne partie de l’après midi réfugiés à l’ombre a guetter un souffle d’air.

Le soir nous avons retrouvé le groupe dans notre « cantine » puis nous sommes sortis boire un verre de rhum local dans un bar musical. Vraiment très sympa.

Le matin suivant nous n’avions rien de prévu. J’avais envisagé d’aller visiter le centre de reproduction des éléphant le « breeding center » de façon à voir comment sa se passait là-bas. En effet il y a un centre qui soit disant lutte pour la sauvegarde des éléphant mais en gros ils sont surtout là pour fournir les bestiaux qui vont ensuite travailler au tourisme ou être échangé contre des rhinos pour le parc. J’ai lu les commentaires sur tripadvisor et c’est assez partagé. Il y a ceux qui se voilent la face donc ça donne « whaou nous avons vu plein d’éléphanteaux c’était trop mignon ! » et les plus réalistes « quelle horreur les femelles sont enchaînés, les bébés séparés des mères » etc etc Je voulais y aller pour pouvoir, faire des photos et ensuite parler en connaissance cause . Mais finalement j’ai renoncé car je savais que ça allait trop me déprimer. Du coup nous avons baladé au bord de la rivière, vu 6 crocos (l’espèce qui ne mange que des poissons , ouf!) et un gros rhino venu s’allonger tranquille au bord de l’eau juste pas loin des restaus !

Après ça nous avions très chaud et nous avons décidé de passer notre dernière nuit dans un hôtel avec piscine histoire fainéanter (et puis il n’y avait plus rien à faire dans le coin) car entre temps nous en avions découvert et négocié un à 2000rp la nuit (18€) « au cas où » !

Super hôtel que je conseille si on peut se permettre la dépense. C’est «  l’Hermitage », nous avions une chambre avec clim, un lit double tout propre et douillet, une salle de bain avec des rebords à la douche (ça paraît bête mais c’est cool de ne pas patauger en permanence dans toute la salle de bain!) et donc une piscine dans un beau jardin avec vue sur la rivière.

Je ne m’étend pas sur la suite : nous nous sommes reposés, une piscine ça change tout ! On se sent en vacances !

Le lendemain, retour à Katmandou (600rp pour 8H30 de bus, ouchh !), d’où je vous écris. Demain nous avons un vol pour New Delhi et nous allons passer 10 jours en Inde.

En effet pour aller au Nepal il était moins cher de prendre des vols vers l’Inde puis vers le Nepal (en gros 400 et quelques + 100 et quelques + visa Inde), alors, quitte à y passer on profite de retourner dans deux lieus qui nous avaient beaucoup plus. Nous partons d’abord par train de nuit à Varanasi (ou « Benares ») puis à Vrindavan pour passer deux jours avec les veuves rencontrées l’an dernier, trop hâte de les revoir !

Je donnerai des nouvelles sur ma page et puis peut-être que je ferai un résumé sur le blog.

*

Bilan

Comme toujours quelques mots pour clôturer ce voyage d’un mois au Nepal.

*Ceci est un avis totalement subjectif et il est toujours mieux de venir faire ça propre idée sur place 😉 les sensibilités et attentes sont aussi différentes que le sont les opinions…

Parlons budget d’abord. On peut sans problème s’en sortir avec 15€/pp/jour. Nous avons un peu débordé à cause d’activité imprévue (moto), d’écarts restau et d’achats souvenirs! Nous sommes à 20€/jr c’est quand même bien tout compris et sans se priver.

Pour résumer, dans l’ensemble nous avons  aimé ce voyage mais nous n’avons pas été « transportés » ou « envoûtés », disons que le Népal ne fera pas parti de nos voyages « coups de cœur » (comme le sont l’Indonésie, l’Inde et la Namibie pour l’instant).

Nous avons aimé beaucoup de choses, certes, nous avons vu de beaux paysages, l’ambiance spirituelle autour de Katmandou est très prenante, voir l’Himalaya est quelque chose de fantastique, notre trip à moto était génial, mais il manquait un petit quelque chose pour passer du « c’était bien » à « c’était whaou !».

Nous nous sommes laissés tenter à aller vers les incontournables, mais ces lieux sont trop touristiques pour nous… des quartiers spéciaux touristes, des hôtels et agences de voyages à la pelle, et forcément des rapports avec la population plus intéressés qu’autre chose… C’était peut être différents il y a 5 ou 10 ans. Après coup je pense que nous aurions du aller vers l’Est ou vers l’Ouest du pays, zones ou il n’y a pas encore trop d’infrastructures touristiques.

En voyage on aime (et on a besoin!) être un peu perdus, désorientés, immergés dans un autre monde, retrouver le goût de l’aventure chaque jour et de vivre des surprises et des expériences plutôt que faire des visites et des activités…

J’avais lu tellement d’éloges sur le Népal et sur l’accueil incroyable des Népalais que je n’avais pas réalisé combien ce serait touristique.

En un mois de voyage nous n’avons eu aucun « vrai » contact avec la population (discussion ou échange spontané et désintéressé). Zéro ! Il y a la petite mamie citée au dessus mais c’était très bref. Cela ne nous est jamais arrivés même au Vietnam qui nous avait un peu déçu pour les rapports humains nous avions fait deux très jolies rencontres. Chaque personne qui nous a abordés avait quelque chose à proposer ou à vendre. Certes, les gens dans les hôtels ou restaurants sont souvent souriants et sympathiques mais c’est bien normal quand même, c’est leur métier… Je n’ai ressentis que deux ou trois fois avoir reçu un « vrai » sourire, une sourire avec le cœur, un sourire avec une chaleur et un réel intérêt dans le regard et pas un sourire de politesse ou commercial.

Un voyage sans partage est pour nous difficile à apprécier, c’est comme ça, et puis les goûts et les couleurs ça ne se commande pas, nous n’avons pas tous les mêmes sensibilités (et heureusement je dirais!). Les seules personnes qui sont venues nous parler et nous poser des questions juste par plaisir étaient des Indiens en pèlerinages dans un temple ! Là oui c’était un échange qui fait chaud au cœur ! Pour nous, et en allant à contre courant de ce que beaucoup ressentent, les Indiens sont plus accueillants et communicatifs. Nous sommes donc heureux de finir ce voyage en Inde qui a une ambiance qui nous touche nous bouleverse  et nous transporte davantage  🙂

Le Népal est un très beau pays mais nous n’avons pas eu le « feeling » , ni la « connexion » bizarrement…

 

Instagram

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>